Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de cgt-fapt-37.

Le blog de cgt-fapt-37.

Le blog d'infos de la CGT FAPT 37


La Poste met le paquet sur ses vigies sociales

Publié par loulou sur 28 Avril 2014, 21:23pm

Catégories : #Articles de presse

La Poste met le paquet sur ses vigies sociales

1.100 responsables ressources humaines ont été déployés puis formés selon le plan établi par Sylvie François, DRH de La Poste. Cette dernière réhabilite une fonction longtemps sacrifiée dans les sociétés

ALa Poste, les problèmes se règlent en famille. Entre soi. Pour répondre au rapport Kaspar, qui préconisait « le renforcement des ressources humaines au plus près du terrain », Sylvie François ne concevait pas de faire appel à des profils exogènes. « Les postiers eux-mêmes n'auraient pas compris cette démarche », soutient la DRH de La Poste. Les 1.100 RRH dits de « proximité » nommés tout au long de 2013 sont issus des forces vives de la maison : ancien gestionnaire de paie, ex-commercial, manager aspirant au changement. Leur sélection s'est faite sur leur seul degré de motivation. Aucun test d'aptitude RH, nulle étude de leur profil psychologique n'a été utilisé. Hostile aux « process » normés et impersonnels des recruteurs, Sylvie François estime que« l'entretien de recrutement reste le meilleur filtre pour repérer les bonnes compétences ».

Deux vagues de formation

Etre en mesure de satisfaire les recommandations de Jean Kaspar n'est pourtant pas à la portée du premier salarié. Outre la restauration du dialogue social, l'ex-syndicaliste - membre de la commission Attali et nommé, en 2012, président de la commission du grand dialogue de La Poste par Jean-Paul Bailly - a prescrit un assouplissement « des organisations du travail ». Ces vigies sociales - devenues trop rares - ont ainsi suivi deux vagues de formation. Une première salve a porté sur les lacunes « métiers », « selon les domaines à renforcer de chacun : qui le réseau, les services financiers ou le courrier... » La seconde, qui s'achève, a formé à l'exécution des responsabilités : par ateliers, 1.100 RRH ont travaillé la conduite d'entretien - y compris l'exercice délicat du recadrage -, la gestion d'une situation professionnelle - ou personnelle - délicate, l'identification d'un malaise nécessitant l'intervention d'un tiers, médecin ou assistante sociale.

La lettre de créance de chacun d'eux a été arrêtée il y a peu, là aussi sans « benchmark » ni aide extérieure. « Chacune de ces missions a été débattue et définie en comité de direction », insiste Sylvie François pour montrer que le sujet est une préoccupation de direction générale. Dans leur périmètre, l'évolution professionnelle, le développement des compétences, l'animation du dialogue social, la conduite du changement et le pilotage RH.

Concrètement, chaque responsable RH de proximité tient porte ouverte pour environ 200 personnes, ce qui sous-entend un entretien tous les deux ans - une révolution en soi à La Poste -, même si la priorité reste le repérage des urgences. « Pour symboliser l'attention portée aux autres, j'ai retenu le système des permanences, témoigne Stéphanie Colonna d'Istria, responsable RH de la « plaque » de Cournon en Auvergne.Autour d'un café-croissant, qui envoie un signal de convivialité, je gère toutes sortes de situations qui entremêlent le privé et le professionnel : un couple en instance de divorce, des problèmes financiers graves...»

Le mot carrière n'est plus tabou

Hormis les problématiques de démotivation, consécutives aux réorganisations en série, le plus gros sujet est celui de la formation et du reclassement. « L'objectif immédiat est de 2 jours par an et par personne. A terme, il nous faut susciter des projets, par exemple chez les facteurs qui n'imaginent pas un autre métier à leur portée », détaille Stéphanie Colonna d'Istria. Le développement de carrière reste une notion neuve à La Poste : « La stabilité professionnelle était caractérisée par l'enracinement dans une seule et même fonction tout au long de la vie », résume Sylvie François. Les RRH ont donc vocation à suppléer les managers qui n'étaient ni formés ni incités jusqu'ici à parler carrière, selon une approche à leur appréciation. La liberté dont ils jouissent est à saluer : ils n'ont pas l'obligation de consigner par écrit la teneur de leurs échanges« sauf lorsqu'un souhait ferme de formation ou de mobilité est émis », nuance Stéphanie Colonna d'Istria.

Dresser le bilan de ce déploiement est prématuré. Le dernier baromètre interne montre que l'effort a été remarqué par les salariés, même si les points bloquants perdurent (perspectives, relation managériale, etc.) « La fierté de travailler à La Poste existe, s'affirme à nouveau, pour autant l'absentéisme perdure. Il y a un paradoxe à résoudre », reconnaît sans détour Sylvie François, qui déclare un taux d'absentéisme de 6 % en 2012 (contre 3,6 % en moyenne selon le ministère du Travail). L'ex-DRH du CCF joue serré sur cette initiative. La remise du rapport Kaspar en 2012 avait déclenché l'éviction en catimini de son prédécesseur Georges Lefebvre.

http://business.lesechos.fr/directions-ressources-humaines/management/0203447362608-la-poste-met-le-paquet-sur-ses-vigies-sociales-63124.php

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents