Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de cgt-fapt-37.

Le blog de cgt-fapt-37.

Le blog d'infos de la CGT FAPT 37


Ententes dans la messagerie : La Poste et la SNCF visées elles aussi

Publié par loulou sur 17 Juillet 2014, 09:15am

Catégories : #Articles de presse

Ententes dans la messagerie : La Poste et la SNCF visées elles aussi

Les deux entreprises publiques sont soupçonnées, comme les autres acteurs du marché de la messagerie et du colis express en France, d’avoir enfreint les lois de la concurrence dans le cadre de réunions professionnelles.

Le secteur de la messagerie et du colis express est dans le viseur de l’Autorité de la concurrence. Ce mercredi, quatre grands groupes étrangers (l’allemand DHL, l’américain FedEx, le néerlandais TNT Express et le britannique Royal Mail) ont annoncé dans des communiqués distincts que leurs filiales opérant sur ce marché en France étaient visées par une enquête ouverte les soupçonnant de pratiques anticoncurrentielles. Mais les investigations de l’Autorité ne se limitent pas à ces quatre entreprises, qui étaient obligées de s’exprimer dans le cadre de leurs obligations de groupes cotés en Bourse. « Toute la profession est concernée », précise en effet une source proche du dossier.

Le groupe SNCF, par le biais des activités de messagerie de sa filiale Geodis, est donc lui aussi suspecté, tout comme La Poste. « L’enquête ouverte en 2010 par l’Autorité de la concurrence concerne le secteur du transport et de la messagerie, donc plusieurs opérateurs de l’express en France dont Chronopost et Exapaq », a confirmé l’entreprise publique par courriel aux « Echos », tout en se refusant à d’autres déclarations « à ce stade de l’enquête ».

La répercussion des prix du gazole en question

Selon nos informations, les entreprises du secteur ont reçu le 30 juin dernier la notification des griefs de l’Autorité de la concurrence. Celle-ci aurait été informée par l’entreprise allemande DB Schenker de discussions rassemblant l’ensemble des acteurs du marché, sur une période qui irait de 2006 à 2010. Ces discussions portaient sur deux sujets : les modalités de répercussion du prix du gazole et le montant des augmentations générales pratiquées dans la profession.

Un des acteurs du dossier réfute néanmoins toute entente sur les prix derrière ces réunions. « La période était marquée par une très forte hausse du gazole, avance-t-il, ce qui a d’ailleurs été reconnu par les pouvoirs publics avec la création d’un mécanisme de répercussion en pied de facture. Il était normal que la profession discute de ce problème. »

Etait-il également normal d’évoquer les augmentations générales ? « Les deux sujets sont nécessairement liés », argumente la source, qui ajoute que son entreprise « va contester les griefs qui lui sont faits avec de bonnes raison pour cela, et les autres entreprises vont sans doute faire de même. L’issue de ce dossier ne sera pas connu avant des mois, voire des années ». De son côté, l’Autorité de la concurrence, tout en confirmant l’existence d’une enquête sectorielle, se refuse elle aussi à tout commentaire.


En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transport/0203644621385-royal-mail-tnt-express-et-fedex-dans-le-collimateur-de-lautorite-de-la-concurrence-1025182.php?ZLBkDMZ8RWO0u2lj.99

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents