Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de cgt-fapt-37.

Le blog de cgt-fapt-37.

Le blog d'infos de la CGT FAPT 37


Comment Bolloré peut profiter du mariage entre Bouygues et Orange

Publié par loulou sur 11 Décembre 2015, 23:53pm

Catégories : #Orange

Comment Bolloré peut profiter du mariage entre Bouygues et Orange

L'homme d'affaires breton pourrait monter au capital d'Orange à travers la participation de 20% qu'il a acquise ces derniers mois pour 3 milliards d'euros dans Telecom Italia.

Tout bien réfléchi, Emmanuel Macron n'est pas opposé à une consolidation du secteur des télécoms en France. Le ministre de l'Economie avait pourtant émis des doutes, en juin dernier, quand le patron d'Altice, Patrick Drahi, avait offert plus de 10 milliards d'euros pour reprendre Bouygues Telecom et le fusionner avecNumericable-SFR. Mais en réponse aux rumeurs récentes évoquant un rachat du même Bouygues Telecom par Orange, il se dit à présent beaucoup plus ouvert à un passage de quatre à trois opérateurs. Même si, dans le cas présent, cette consolidation s’avérerait très complexe à réaliser et passerait par l'arrivée d'un actionnaire privé de taille chez l'opérateur historique, qui pourrait prendre jusqu'à 20% du capital.

Dans le petit monde des télécoms, l'idée d'une évolution du capital d'Orange fait doucement son chemin depuis quelques temps. L'an dernier, un rapprochement avait été évoqué entre les deux groupes, avant d'être mis de côté. Mais le concept a fait son chemin. Dans une note publiée début septembre sur l'avenir de Vivendi, Natixis voit le groupe français en géant mondial des télécoms et des médias à l'horizon 2022. Par rapprochements successifs et échanges de participation, Vincent Bolloré et Vivendi se retrouveraient à la tête d'un empire regroupant Telecom Italia, l'espagnol Telefonica, dont Bolloré possède 1% du capital, ainsi qu'une participation dans Orange.

Analystes et banquiers d'affaires regardent cette hypothèse avec une certaine excitation. L'homme d'affaires breton pourrait en effet monter au capital d'Orange à travers la participation de 20% qu'il a acquise ces derniers mois pour 3 milliards d'euros dans Telecom Italia. Pour certains, cette manœuvre transalpine constitue bien plus qu'une simple opération financière. Elle pourrait n'être qu'une étape du groupe présidé par Vincent Bolloré sur le chemin de sa cible ultime: Orange.

Car l'opérateur français n'a jamais caché son intention de jouer un rôle actif dans la consolidation du secteur en Europe. Et Telecom Italia figure en bonne place sur sa shopping list. Le jour où son PDG, Stéphane Richard, décidera de passer à l'action, il devra forcément discuter avec Vincent Bolloré. Dans les rangs de l'opérateur historique, la perspective fait frémir: "pas question de laisser le loup entrer dans la bergerie", lâche un responsable.

Au sein du gouvernement se pose toutefois la question de la sécurisation de l'actionnariat d'Orange. L'opérateur a jusqu'ici été protégé d'une opération hostile sur son capital par la participation d'un peu plus de 23% que l'Etat y détient à travers les 13,5% de l'Agence des participations de l'Etat et les 9,6% de Bpifrance. Mais l'Etat français n'a pas vocation à demeurer actionnaire du groupe sur le long terme, comme l'a démontré opportunément Bpifrance qui, en moins d'un an, a abaissé sa participation à trois reprises, récupérant 2,6 milliards d'euros environ. Le désengagement de l'Etat pourrait donc s'accompagner de la monter en puissance d'un entrepreneur ami au capital de l'opérateur. Vincent Bolloré, tout commeMartin Bouygues, se verraient bien jouer ce rôle là.

http://www.challenges.fr/challenges-soir/20151211.CHA2661/comment-bollore-peut-profiter-du-mariage-entre-bouygues-et-orange.html

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents