Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de cgt-fapt-37.

Le blog de cgt-fapt-37.

Le blog d'infos de la CGT FAPT 37


L’État réduit ses aides postales à la presse

Publié par loulou sur 7 Décembre 2015, 10:58am

Catégories : #Articles de presse

L’État réduit ses aides postales à la presse

La refonte des aides postales aux journaux sera progressive et pénalisera surtout la presse de loisirs et de divertissement.

Les aides postales, que l’État verse chaque année à la Poste pour compenser les tarifs postaux réduits accordés à la presse, passeront de 130 millions d’euros à 119 millions d’euros en trois ans.

De facto, dès 2016, la Poste appliquera une augmentation de tarif de 1 % à la presse d’information politique et générale et de 3 % aux autres titres. Seuls y échapperont les titres ayant de faibles ressources publicitaires : Libération, La Croix, L’Humanité… Ainsi que les périodiques comme Le Monde Diplomatique ou Terra Ecoauxquels ce type d’aides directes a été étendu cette année, à condition qu’ils n’aient pas été condamnés pour incitation à la haine, à la discrimination et à la violence.

TROIS CATÉGORIES DE PRESSE

Dans le courant de l’année 2006, le gouvernement s’attellera aussi à l’épineux travail de classer les journaux et magazines français en trois catégories : la presse d’information politique et générale (journaux et magazine d’information générale), la presse de loisirs et de divertissement (presse tv, presse people, presse féminine…), et la presse de la connaissance et du savoir (presse professionnelle, culturelle, pour enfants…). Cette dernière catégorie est nouvelle.

Et dès 2017, pendant cinq ans, les tarifs postaux augmenteront chaque année de 1 % pour la presse d’information politique et générale, de 3 % pour la presse de la connaissance et du savoir, et de 5 % pour la presse de loisirs et de divertissement.

APPLICATION DE LA RÉFORME ANNONCÉE EN JUIN

La ministre de la Culture Fleur Pellerin avait présenté les grandes lignes de sa refonte des aides à la presse le 2 juin 2015.

Lire : Les nouveaux contours des aides à la presse

Mercredi 2 décembre 2015, la ministre en a présenté les arbitrages en Conseil des ministres. Elle a rappelé que la philosophie de cette réforme visait « à protéger la liberté du pluralisme de l’information », prise pour cible lors des attentats à Charlie Hebdo, « en ciblant mieux l’aide postale vers des titres participant aux débats démocratiques » et « en apportant son soutien à l’innovation et à l’émergence des nouveaux médias ». Elle a aussi précisé qu’« un plan de soutien aux marchands de journaux, qui connaissent de graves difficultés » était en cours de préparation.

INQUIÉTUDE DE LA PRESSE MAGAZINE

Ce jeudi 3 décembre, le Syndicat national de la presse magazine (SEPM) a vivement réagi. « C’est avec consternation et une immense déception que le SEPM a pris connaissance des arbitrages gouvernementaux relatifs à l’évolution des tarifs postaux de presse pour les années à venir », indique le communiqué.

« Si la presse d’information générale et politique s’avère relativement préservée, poursuit le SEPM, la mesure unilatérale d’une hausse considérable envisagée pour les autres familles de presse (23 % et 38 % hors inflation sur la période 2016-2022) marque une orientation foncièrement antiéconomique, le déni de la promesse contenue dans les accords Presse/Poste/État de 2008, et le risque assumé d’une rupture de confiance. »

Aude Carascohttp://www.la-croix.com/Culture/Medias/L-Etat-reduit-ses-aides-postales-a-la-presse-2015-12-03-1388290

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents