Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de cgt-fapt-37.

Le blog de cgt-fapt-37.

Le blog d'infos de la CGT FAPT 37


Rémy Weber met la Banque Postale à l'heure de l'agilité

Publié par loulou sur 6 Juin 2016, 14:55pm

Catégories : #Banque postale

Rémy Weber met la Banque Postale à l'heure de l'agilité

Rémy Weber a la mission de faire croître rapidement LBP, la filiale de La Poste, auparavant dirigée, durant 3 ans, par le big boss, Philippe Wahl. L'un des enjeux: faire passer 70.000 collaborateurs sur les bancs de l'école de la banque.

Depuis son bureau dominant le remarquable siège de La Banque postale (LBP), près du Bon Marché, emblématique grand magasin de la capitale, Rémy Weber bénéficie d’une large vue sur l’Ouest parisien. L’œil rase les toits alentour. "A la nuit tombante, après de longues heures de travail, quand la ville s’éclaire, ce spectacle est apaisant, explique-t-il. On reste en contact avec la vraie vie". Ce petit privilège de travailleur nocturne, le Président du directoire de LBP en profitera encore souvent dans les mois qui viennent. Il a été nommé en octobre 2013 à la tête de cette filiale de La Poste avec une mission aussi claire que délicate: faire croître rapidement l’activité bancaire pour compenser la baisse des revenus sur le courrier.

Rémy Weber, 58 ans, a donc ouvert une multitude de chantiers: renforcement dans la gestion d’actifs grâce à un partenariat avec le néerlandais Aegon ; implantation dans la banque privée, avec la filiale BPE, acquise auprès de Crédit mutuel Arkéa ; captation de la clientèle de professionnels qui portent chaque jour leur courrier à La Poste… Pour lever une armée de nouveaux banquiers dans les rangs des salariés de La Poste, il a lancé l’an dernier l’Ecole de la banque et du réseau. "Je tiens à ce terme d’“école”, qui sonne très républicain et correspond à notre établissement", note-t- il. Cette année, 360.000 journées de stage y seront dispensées, et, à terme, 70.000 collaborateurs devront être passés sur les bancs de l’école. Première étape franchie d’ici à la fin de l’année: tous les directeurs de secteur, coiffant un ou plusieurs bureaux de poste, auront les délégations de compétence pour mener des opérations bancaires. "En trois ans, ces responsables se sont transformés en véritables décideurs sur le risque bancaire, une mutation menée à vive allure", se félicite le Président du directoire.

Pour compliquer sa tâche, Weber évolue sous le regard attentif de Philippe Wahl. Le patron de La Poste connaît les moindres recoins de LBP, qu’il a dirigée durant trois ans. "Weber est sous contrôle, entre Wahl et l’un de ses proches, le patron de la gestion d’actifs, Daniel Roy", glisse un banquier partenaire de LBP. Les intéressés s’en défendent. "J’ai assez à faire avec la transformation de La Poste pour ne pas entrer dans le détail de la gestion opérationnelle de LBP", assure Wahl. De son côté, Weber souligne qu’il dirige des établissements bancaires depuis vingt ans. "Je ne serai pas venu à LBP si je n’en avais pas été le patron, promet- il. Le tandem que nous formons avec Philippe Wahl est une grande force".

Les tutelles attentives, Weber connaît. A la Lyonnaise de banque, dont il a grimpé les échelons en dix ans jusqu’à en devenir PDG en 2002, il faisait partie du groupe CIC. Acquise en 1998 par le Crédit mutuel de l’Est, la banque était menée d’une main de fer par Michel Lucas. "Il a finalement rejoint LBP pour prouver son indépendance, estime un ancien du Crédit mutuel. Il tenait à démontrer à Lucas sa capacité à vivre sa vie de banquier loin de son autorité". Gage de son sérieux, Weber était parvenu à bâtir à Lyon une solide clientèle parmi les barons locaux: Alain Mérieux, Thierry de La Tour d’Artaise (Seb), Laurent Burelle (Plastic Omnium), Olivier Ginon (GL Events). Avec ce dernier, il avait lancé, en 2000, une OPA épique sur Paris Expo - finalement racheté par Unibail. "Rémy Weber n’a pas froid aux yeux, il accompagne son client jusqu’au bout, se souvient le patron de GL Events. C’est un homme de confiance".

La recette de Weber pour tracer son chemin alors qu’il est sous haute surveillance? Diplômé de HEC et passé par le Trésor, il n’est pas dénué d’ambition, mais il n’affiche pas cette soif de pouvoir jamais assouvie qui caractérise souvent les inspecteurs des finances. "Ce qu’il aime, c’est développer de nouvelles compétences, porter de nouveaux projets en restant proche de ses troupes", assure Olivier Ginon. Goûtant davantage la discrétion que les sunlights médiatiques, il ne fait pas d’ombre aux étages supérieurs. Pas de spin doctors à sa proximité, pas de storytelling forcené: "Je ne joue pas aux images, je veux rester factuel", explique-t-il. Alsacien de naissance, Lyonnais d’adoption, Parisien par nécessité, Weber s’efforce de ne pas devenir un banquier hors-sol. Ce printemps, après deux ans sans grandes vacances, il prépare un voyage en Thaïlande. Avec un passage obligé décidé par son épouse, comme à chaque périple familial: deux nuits sous la tente. Pour garder les pieds sur terre.

http://www.challenges.fr/finance-et-marche/banques/20160603.CHA0071/comment-gouverne-le-patron-surveille-de-la-banque-postale.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents