Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de cgt-fapt-37.

Le blog de cgt-fapt-37.

Le blog d'infos de la CGT FAPT 37


Distribution du courrier dans l’Arrageois : la situation rétablie, comme promis ?

Publié par loulou sur 16 Août 2016, 21:44pm

Catégories : #Articles de presse

Distribution du courrier dans l’Arrageois : la situation rétablie, comme promis ?

C’est le feuilleton de l’été dont tout le monde se serait bien passé. Quid des problèmes de distribution de courrier qui perdurent depuis le 21 juin et la mise en service de la nouvelle plate-forme sur la zone Actiparc ? Selon la direction, le retour à la normale promis est arrivé.

> Courrier « caché » ?

Une copie de ce courrier (voir ci-contre)a été placardée sur le bureau de Poste de Sainte-Catherine, menacé par ailleurs de disparition si l’on en croit le dernier bulletin municipal. Son auteur demande à la clientèle la plus large diffusion possible, via les réseaux sociaux, et semble être bien informé : « Il y a peu de jours, il y a eu une visite de la grande direction [de la Poste] au nouveau centre de tri, qui a été satisfaite du travail réalisé. » L’auteur poursuit : « Les chefs du nouveau centre de tri n’ont pas dit à leur grande direction qu’ils avaient caché une énorme masse de courriers dans l’ancien centre juste avant la visite. Tout le surplus était planqué. Cette information vient des gens qui travaillent à la Poste. » Contactée, la direction du groupe refuse de commenter cette lettre, indiquant que les rumeurs sont «fausses et infondées », et que la situation est rétablie.

> « Plus de retard » selon la direction

« Encore un peu de patience », annonçait, le 1er août, la direction de la communication de la Poste Nord – Pas-de-Calais – Picardie, qui annonçait un retour à la normale pour la fin de semaine dernière, soit aux alentours du 12 ou 13 août. Le courrier anonyme porte une date puisqu’il a été faxé le 8 août et évoque des faits récents. Quoi qu’il en soit, la direction de la Poste assure que « tous les restes ont été résorbés. Nous n’avons plus de retard. » Elle affirme encore que « les postiers de l’Arrageois ont tout mis en œuvre pour rétablir la situation, nous sommes revenus à la normale comme promis. » Au sujet des intérimaires, arrivés par vagues successives depuis le 21 juin, et au nombre d’environ cinquante aux dernières nouvelles, le service communication rappelait ce mardi qu’il « s’agit de renforts estivaux ». Alors… À quoi faut-il s’attendre à la rentrée ?

> Pourquoi cette annonce peut laisser dubitatif

Parce que dès le 25 juin, après seulement quatre petits jours de dysfonctionnements, le directeur de la plate-forme, Régis Hanot, annonçait déjà un retour à la normale… pour la semaine suivante. Mais les choses n’ont fait qu’empirer. Cette promesse a été formulée à plusieurs reprises courant juillet. Sans résultats probants. Certes, le courrier arrive désormais à destination de manière plus régulière, à coups de tournées massives et de renforts. Mais à long terme ? Et quid de la santé des agents ? Des syndicats ont tiré la sonnette d’alarme cet été, dénonçant des risques psychosociaux et des conditions de travail alarmantes.

>> « La Voix de » Céline Wlodarski

Petite enveloppe non livrée et grandes conséquences. Sous la main, un formulaire de réclamation. « Votre réclamation concerne... » Case cochée : un courrier. « Votre demande concerne... » Cache cochée : un courrier non parvenu. Mais les choses se compliquent. Quelle preuve fournir dans le cas présent ? Comment se faire rembourser l’envoi d’un nouveau courrier en Chronopost parce que le précédent n’est jamais arrivé ?

Et finalement, l’important n’est pas là. Que sont devenues ces offres de prêt déposées à la Poste Gambetta le 5 juillet ? Elles étaient paraphées, signées et devaient revenir dans les mains de la banque dès le 6 juillet. Le délai de réponse sous soixante jours est désormais expiré. La banque n’a toujours pas reçu ces offres. Selon une interlocutrice, qui nous confie que la situation est dramatique pour de nombreux vendeurs et acheteurs, le siège serait en train de traiter les urgences absolues.

« Juste avant vous, des acheteurs ont dû annuler leur signature chez le notaire. Pour vous, je suis un peu plus confiante. » La remise des clefs du bien immobilier n’est prévue... que le 25 août. Nous sommes le 16 août, le siège n’a toujours pas redonné signe de vie. Faudrait-il commencer à se préparer au pire ? Annuler un chantier programmé depuis trois mois et un déménagement bien calé ? Et trouver une solution d’hébergement et de garde-meubles ? Car la lettre de préavis de départ du logement actuel, elle, est partie depuis belle lurette. Et bien arrivée.

Chez les « pros », on râle mais ça s’améliore

Chez les artisans du bâtiment, on constate évidemment la déliquescence de ce qui était encore, jadis, un service public. Mais on ne se formalise pas pour autant. Dans le milieu, on ne paie pas comptant, aussi on est habitué à attendre. À la CAPEB (Fédération des Artisans du Pas-de-Calais), on avoue avoir eu peu de retour. Mais on a reçu, mardi, des lettres d’entreprises postées le 27 juillet. Tarif lent, très, très, très lent…

Chez les commerçants, ce qu’on ne comprend guère, c’est l’anarchie qui règne dans le tri du courrier et la lenteur de l’acheminement ces dernières semaines.

Pour Julien Nowa, gérant de La Mode en Large, près d’Auchan, c’est l’image de la société qui a été un peu écornée. « Nous livrons nos vêtements en 48 ou 72 heures. Fin juillet, certains clients n’étaient toujours pas livrés au bout de deux semaines. Heureusement que nous ne livrons pas uniquement par Colissimo. Reconnaissons que la situation s’est tout de même améliorée. »

C’est le même sentiment à la pharmacie Petit, rue Delansorne, à Arras. « J’attends encore des relevés de banque et des traites dont je n’ai pas le détail. Je n’ai toujours pas reçu, mais là c’est personnel, le contenu d’un bail à signer pour ma fille. Mercredi dernier, j’ai reçu du courrier du 29 juillet. »

Pour M. et Mme Moret (Optique du Beffroi), La Poste est « en train de s’enfoncer. Nous attendons des relevés de compte, nous n’avons pas eu de perte mais nous n’avons jamais reçu un recommandé de la ville pour la taxe sur les enseignes. Gênant ».

Si la plupart des commerçants interrogés reconnaissent une nette amélioration, ils n’ont pas moins été échaudés par la situation. Mais heureusement, c’est l’été et les activités tournent, pour beaucoup, au ralenti.

Au salon de coiffure Mona (28, rue Delansorne), où l’on a démarré l’activité il y a quinze jours, la mise en route a forcément été plus compliquée. On a connu le même problème qu’à l’Optique du Beffroi avec les recommandés. « J’ai dû me déplacer à la mairie pour régler le problème, payer mes fournisseurs avec un décalage, récupérer du courrier qui m’était adressé chez une voisine… Le plus dur, c’était la première semaine de juillet où je n’ai pas eu de courrier. » NICOLAS ANDRÉ

http://www.lavoixdunord.fr/region/distribution-du-courrier-dans-l-arrageois-la-situation-ia29b0n3683725

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents