Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de cgt-fapt-37.

Le blog de cgt-fapt-37.

Le blog d'infos de la CGT FAPT 37


Une factrice encourt une mise à pied pour avoir voulu rendre service à une collègue

Publié par loulou sur 30 Septembre 2016, 20:48pm

Catégories : #Dossiers souffrance au travail

L’entrée du service courrier-colis a été occupée par les syndicats, élus et postiers toute la journée de mardi - Photo Aline Combrouze
L’entrée du service courrier-colis a été occupée par les syndicats, élus et postiers toute la journée de mardi - Photo Aline Combrouze

Une factrice sur la tournée de Bussière-Boffy et en poste à Bellac au sein du service courrier-colis, encourt trois mois de mise à pied avec suspension de salaire pour avoir ouvert le courrier de sa collègue. Ce mardi, syndicaux, postiers et élus ont manifesté devant les locaux, à Bellac, en signe de soutien.

Sandrine Tindiller, factrice sur la tournée de Bussière-Boffy et en poste à Bellac au sein du service courrier-colis, encourt trois mois de mise à pied avec suspension de salaire pour avoir ouvert le courrier de sa collègue. Une lettre recommandée destinée à Valérie Bellange. En congés maladie et absente de son domicile au moment des faits, cette dernière a demandé à Sandrine Tindiller d’ouvrir la lettre, dont l’expéditeur était La Poste.

Une affaire qui n’implique que des personnes travaillant dans l’entreprise et qui a suscité l’incompréhension des salariés, syndicaux, mais aussi des élus des trois communautés de communes Haut Limousin, Basse Marche et Brame Benaize.

La Poste rappelle le respect du serment

Ce mardi, dès 6 heures du matin, ils étaient tous présents devant les locaux de La Poste à Bellac pour manifester leur mécontentement, sur une sanction jugée « disproportionnée au regard de la gravité des faits reprochés ». Les syndicats de la CGT et de la Fédération des activités postales et des télécommunications (FAPT) rappellent que la salariée n’a pour le moment reçu aucuns reproches en vingt ans de carrière, et souhaitent aujourd’hui que La Poste revoit la sanction.

Selon les syndicats, les postiers venus pour travailler, n’ont pas pu entrer dans le site, le portail étant fermé par un cadenas. « C’est inadmissible. Nous sommes en train de faire visualiser les caméras de surveillance pour déterminer qui a posé ce cadenas », explique Christian Lavallée de l’union locale CGT Bellac.

À 13 heures, Éric Rigaux, directeur adjoint au service courrier-colis du Limousin s’est rendu sur place. Il a rappelé la position de la direction : « La salariée concernée n’a pas respecté la prestation de serment que doivent prononcer les salariés à l’embauche. Il oblige au respect du secret des correspondances. Même quand on rend service, le respect de cette règle est la base de la confiance entre les Français et La Poste. Je rappelle qu’à ce jour, la sanction n’a pas été prise, elle a été proposée en commission consultative. »

Syndicats et élus ont l’intention de continuer à se mobiliser pour que la sanction soit levée pour Sandrine Tindiller.

http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/2016/09/28/une-factrice-encourt-une-mise-a-pied-pour-avoir-voulu-rendre-service-a-une-collegue_12089106.html

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents