Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de cgt-fapt-37.

Le blog de cgt-fapt-37.

Le blog d'infos de la CGT FAPT 37


A La Poste, "malaise général" et grève nationale

Publié par loulou sur 8 Décembre 2016, 08:47am

Catégories : #Grève à La Poste

Pour dénoncer le mal-être et l'insécurité dont ils s'estiment victimes au quotidien, les facteurs sont en grève ce jeudi. Les syndicats pointent les réorganisations en cours, responsables selon eux d'une "grande souffrance au travail".

A Marseille, l'attaque au cutter contre une guichetière d'un bureau de poste du 11e arrondissement en octobre dernier est encore dans toutes les têtes. Ce samedi matin, un bureau du secteur est exceptionnellement fermé. A l'agence de La Pomme, située dans un quartier populaire de la cité phocéenne, face à l'afflux des usagers, le directeur anticipe la fermeture des portes. Mal lui en a pris.  

"Ce jour-là, il y avait une affluence considérable, se remémore pour L'Express Frédéric Beringiuer, guichetier et délégué CGT des Bouches-du-Rhône. Un homme est arrivé et a montré son désaccord sur le fait qu'il ne puisse pas accéder à l'agence pour retirer ses indemnités. Il a attendu la guichetière, l'a suivi jusqu'à sa voiture et l'a agressé au cutter. Au guichet de La Poste, c'est insécurité et insultes en permanence." 

7000 postes en moins chaque année

Ce fait-divers relayé par les médias locaux symbolise "le malaise général" des postiers appelés ce jeudi par l'intersyndical (CGT-Fapt, Sud, Unsa) à cesser le travail. "Dans les bureaux de poste, les files d'attente s'allongent et la qualité du service baisse, fait remarquer à L'Express Michel Gérard, l'un des responsables nationaux de la CGT. Nous perdons chaque année environ 7000 postes. L'année dernière, le groupe a embauché 3000 personnes mais utilise plus de 20 000 CDD pour exercer ses missions. La direction se réfugie toujours derrière la baisse du trafic courrier alors que le chiffre d'affaires augmente. Nous demandons la "déprécarisation" des salariés et de meilleures conditions de travail pour tout le monde". 

Face à la grogne, la direction a lâché un peu de lest. Premier signe positif envoyé aux syndicats, elle a décidé "de suspendre" fin octobre "la mise en oeuvre des réorganisations" prévues, notamment sur la distribution. En parallèle, les négociations annuelles obligatoires (NAO) sur les salaires ont débouché sur une levée du gel des salaires effectif depuis six ans. "Mais pour des facteurs dont le salaire d'embauche est légèrement au-dessus du Smic, le +0,2% obtenu c'est quand même une lourde perte de pouvoir d'achat au final", déplore Michel Gérard. 

Des "records" de jours d'absence

D'après les comptes officiels, La Poste aurait perdu 48 032 équivalents temps pleins depuis 2008, "un véritable plan social pluriannuel", estime Luc Girodin, secrétaire général de l'Unsa, un syndicat peu habitué aux conflits. "Pour faire simple, la moitié des salariés du groupe sont aujourd'hui des contractuels", résume la CGT. Mais ce sont surtout les conditions de travail qui alarment les syndicats. Pour SUD-PTT, "La Poste ne répond en rien à l'urgence et à l'ampleur de la crise sociale interne, qu'elle utilise au contraire pour accélérer son plan stratégique avec des milliers de suppressions d'emplois". Et selon les représentants du personnel, la souffrance au travail s'accentue.  

"Dans les Bouches-du-Rhône, on va battre un nouveau record au centre de tri départemental. On devrait atteindre les 60 jours d'absence en moyenne cette année, relate Frédéric Beringiuer. Depuis 2005 et la séparation des métiers, les arrêts de travail n'ont cessé d'augmenter. On arrive à 23 jours dans la distribution et 30 jours chez les guichetiers." Des chiffres qui ont presque doublé au niveau national sur les dix dernières années selon la CGT, très loin devant la moyenne nationale du privé (16 jours en 2015). Un témoignage direct du mal-être des salariés pour les syndicats.  

"On nous informe de 9 suicides"

Et les conséquences sont parfois dramatiques. La direction du groupe a été mise en cause après plusieurs cas médiatisés de souffrance au travail, dont des suicides. "On nous informe de neuf cas mais on est loin de la réalité", estime Michel Gérard. Des événements tragiques que tous ont en tête. En août dernier, Charles Griffond, 54 ans, a mis fin à ses jours dans sa maison de Pontarlier (Doubs) laissant à ses proches une "Lettre d'un facteur désespéré" à charge contre son employeur et publiée par L'Est-Républicain.  

"Depuis trente-quatre ans, j'ai exercé mon métier avec l'amour de mon travail et de mes clients. Mais, depuis quelques années, La Poste a petit à petit détruit ses employés (...). Depuis décembre 2015, je suis en arrêt de travail et je souffre intérieurement le martyre. Personne, ni de mes collègues ou de ma hiérarchie, n'a pris de mes nouvelles. Alors bougeons avec La Poste et mourrons grâce à La Poste." 

Discrète sur le sujet, mais consciente de la nécessité d'agir, la direction du groupe a lancé le 26 octobre dernier des négociations sur les conditions de travail des facteurs et de leurs encadrants. Elle promet même de nouvelles embauches. "Le nombre de facteurs guichetiers passera de 500 à 1 000 en 2017, issus de la mobilité interne, et nous avons annoncé, d'ici à fin 2016, un recrutement supplémentaire de 500 facteurs en CDI, quelle que soit l'issue de l'accord", affirme la DRH du groupe, Sylvie François, dans Le Mondece jeudi. Une main tendue avant le prochain round de négociation prévu pour le 19 décembre qui s'annonce d'ores-et-déjà tendu. D'ici là, les syndicats espèrent maintenir la pression dans la rue. 

http://lexpansion.lexpress.fr/entreprises/a-la-poste-malaise-general-et-greve-nationale_1858055.html

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents