Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de cgt-fapt-37.

Le blog de cgt-fapt-37.

Le blog d'infos de la CGT FAPT 37


Grève à La Poste : le contact humain n'existe plus. Je voulais être facteur, pas vendeur

Publié par loulou sur 10 Décembre 2016, 11:43am

Catégories : #Grève à La Poste

LE PLUS. Les syndicats CGT, Sud-PTT et Unsa de La Poste ont appelé à une grève nationale ce jeudi 8 décembre pour dénoncer la dégradation des conditions de travail et un profond malaise des salariés. Franck, facteur à Rennes, fait partie des manifestants. Il témoigne.

Je suis facteur depuis 25 ans à Rennes, après l’avoir été pendant 10 ans à Paris et je fais grève ce jeudipour demander l’arrêt des restructurations en cours et des suppressions d’emplois. La Poste nous demande de faire toujours plus avec de moins en moins d’effectifs, ce n’est plus tenable.

 

Ma tournée a été supprimée

 

Depuis 4-5 ans, nos conditions de travail ne cessent de se dégrader à Rennes.

 

Dans mon secteur, il y avait 31 tournées de facteurs. Il y en a désormais 21 du mercredi au samedi et 15 du dimanche au mardi, le tout alors que plus de 1.000 logements ont été construits. Les tournées qui ne sont plus assurées sont réparties sur les tournées restantes et l’on se retrouve ainsi chacun avec deux fois plus de rues à couvrir.

 

Lors de la dernière réorganisation, trois tournées ont été supprimées dont la mienne, que j’avais depuis plus de 24 ans. À 53 ans, j’ai dû repartir de zéro et réapprendre une autre tournée. J’ai eu seulement une journée d’observation avant de commencer. Il est impossible de bien faire son travail dans ces conditions. Alors que je suis censé terminer à 14 heures, je finissais à 15h30 les premiers jours, le tout non-stop depuis 7 heures. Je n’avais même pas le temps de prendre mes 20 minutes de pause réglementaires.

 

Je n’ai pas fait de burn-out, mais le moral n’y est clairement plus, et les arrêts maladie pleuvent autour de moi.

 

Des collègues ne mangent pas le midi

 

Les jeunes contractuels rentrent de tournée à 14 heures sans avoir fini de distribuer le courrier, parce qu'ils ne veulent pas faire d’heures supplémentaires. Résultat, le titulaire qui reprend le lendemain doit terminer la tournée de la veille en plus de la sienne.

 

La Poste souhaiterait que tous les facteurs aient une pause méridienne, de manière à rallonger encore un peu notre temps de travail. Trois facteurs ont accepté chez nous. Ils commencent à 7h30 et finissent à 15h10, avec trois quarts d’heure de pause pour déjeuner. Mais dans les faits, ils dépassent tout le temps leurs horaires. Quand ils rentrent au bureau le midi, leur tournée du matin n’est pas terminée et ils n’ont même pas le temps de manger avant de repartir sur celle de l’après-midi.

 

Je voulais être facteur, pas vendeur

 

À côté de ça, La Poste nous demande sans cesse d’assurer de plus en plus de prestations : nous devons vendre des produits, rendre visite à des personnes âgées… Mais des particuliers paient pour ces services, le contact humain gratuit n’existe plus, nous n’avons plus le temps de parler aux gens sur nos tournées, ou cela nous est reproché.

 

Ce n’est plus du service public, tout est chiffré. Mais si j’avais voulu être vendeur, j’aurais travaillé ailleurs. Ce n’est pas pour cela que j’ai signé quand j’ai choisi d’être facteur.

 

Huit cabinets d'expertise ont déjà tiré la sonnette d'alarme sur nos conditions de travail, dont un qui est venu dans notre bureau, à Rennes. Il serait temps que La Poste tienne compte de leurs préconisations. 

 

 

 

Propos recueillis par Rozenn Le Carboulec.

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1630894-greve-a-la-poste-le-contact-humain-n-existe-plus-je-voulais-etre-facteur-pas-vendeur.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents