Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de cgt-fapt-37.

Le blog de cgt-fapt-37.

Le blog d'infos de la CGT FAPT 37


Évreux : Postiers à tout faire ?

Publié par loulou sur 31 Juillet 2017, 09:00am

Catégories : #Articles de presse

Société. Pendant leur tournée, les postiers sont priés de remplir de nouvelles tâches, à la fois de proximité et de sécurité, en plus de porter le courrier. Mais à Évreux, les premières expériences ne sont pas concluantes.

     

    La Poste contractualise. Et certains de ses salariés se fâchent, estimant leur travail dénaturé. Convention Veiller sur mes parents, Vigie urbaine : les facteurs doivent-ils tout faire ? Entre l’assistance aux personnes âgées, la surveillance de la voirie, relever les compteurs à gaz et d’électricité et distribuer le courrier, certains assurent ne plus s’en sortir. Mais leur courroux pourrait être de courte durée car ces nouveaux services ne sont pas concluants, du moins à Évreux.

    VÉRIFICATION DE LA VOIRIE

    Dans la capitale de l’Eure, un contrat signé en octobre 2015 entre la municipalité et La Poste, appelé Vigie urbaine, imposait aux facteurs de signaler toute anomalie sur les chaussées. Du nid-de-poule à la plaque d’égout rouillée en passant par le mobilier urbain dégradé et autres problèmes de tags et de propreté, le postier devait prendre une photo puis écrire un commentaire sur son application Facteo grâce à un smartphone ad hoc.

    Cependant, ce partenariat s’est arrêté en juin 2016 faute de signalements. Le service communication de La Poste explique qu’il n’y a eu que deux remontées des postiers pendant la durée du contrat. Sylvie et Christophe, facteurs à Évreux, confirment : « nous avons fait des signalements pour des problèmes de voirie mais c’était il y a longtemps. On ne nous demande plus de le faire puisqu’il n’y a plus de contrat. »

    « C’EST LE CŒUR DE LA PROFESSION »

    S’ils le souhaitent, depuis le 22 mai, sur le plan national, les particuliers les plus âgés peuvent bénéficier d’une courte visite d’un facteur afin que la famille s’assure que leur parent se porte bien. Malheureusement, ce dispositif (19,90 € par mois) nommé Veillez sur mes parents n’attire pas grand monde. Et même personne à Évreux pour l’instant. Aujourd’hui, seulement 1 000 contrats ont été signés en France.

    « Le métier de facteur est un métier humain. La Poste contractualise le contact humain. Discuter avec les gens qui en ont besoin, prendre des nouvelles des personnes âgées, on le fait déjà. C’est le cœur de la profession », explique Catherine*, factrice euroise.

    Au-delà du fait que cela leur donne plus de travail sans plus de rémunération, la postière ajoute : « Ce qui me dérange le plus, c’est que nous ne sommes pas formés pour cela. Si on retrouve quelqu’un de décédé ou que l’on doit faire des gestes de premier secours, la plupart d’entre nous en sont complètement incapables. »

    LA CGT S’EN MÊLE

    Marie-Jo Poirier, secrétaire générale du syndicat CGT eurois à La Poste, s’indigne de ces nouveaux services : « ce n’est pas le travail du facteur. Son activité, c’est distribuer le courrier ! » Selon la syndicaliste, « l’augmentation des tâches à accomplir pendant la tournée doit être accompagnée par l’augmentation du personnel », pointe Marie-Jo Poirier.

    * Prénom d’emprunt

    Sous-effectif et surcharge de travail

    Fini l’image du facteur de Bienvenue chez les Ch’tis ? Catherine, syndiquée à la CGT, pour qui le métier de factrice est celui qu’elle préfère à tous les autres, raconte son quotidien.
    Catherine* a 46 ans. Cela fait 11 ans qu’elle est factrice dans une petite ville de l’Eure. Elle estime que son aventure humaine devient compliquée à cause de la surcharge de travail : « on commence à 7 h et on termine à 18 h. Si nous prenons une RTT, la 
    tournée n’est pas faite. Ce n’est pas normal
     », souligne-t-elle.
    Une fatigue morale et physique
    L’« épuisement » ambiant peut donner vie à des comportements inquiétants et des signes de burn-out : « lors de la pause du matin, certains vont se cacher derrière La Poste pour pleurer, d’autres prennent des médicaments », assure Catherine. Avec 17 km à vélo par jour et des gestes répétitifs, les problèmes musculaires viennent s’ajouter à la fatigue : « j’ai 1 000 usagers à servir quotidiennement. Du coup, je fais 1 000 fois la même chose et les problèmes médicaux surviennent », détaille-t-elle.
    Une organisation chronométrée
    À 7 h, durant deux heures, le facteur récupère son courrier, fait le tri et charge son vélo ou sa voiture. À 9 h, c’est parti pour la tournée, très formatée. Une minute trente pour faire un recommandé qui demande trois signatures au destinataire, trente secondes pour déposer une lettre : « ce n’est pas possible », peste Catherine. Elle aura aussi à remplir quatre fois les sacoches des vélos. La factrice porte 15 kg de courrier devant et 14 kg derrière. Les jours de canicule, pas le temps de se plaindre. « Sur mon vélo, je suis bien, j’ai de l’air. Mais ceux qui sont en voiture n’ont pas de climatisation », témoigne Catherine.
    Précisons que les postiers sont tenus à un devoir de réserve. Malgré nos différentes sollicitations, plusieurs n’ont pas souhaité s’exprimer.

    http://www.paris-normandie.fr/actualites/social/evreux--postiers-a-tout-faire-DH10422760#

    Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

    Commenter cet article

    Archives

    Nous sommes sociaux !

    Articles récents